Les différentes protections pour ses cultures

Avoir son propre potager, ses arbres fruitiers et récolter le résultat des soins que vous  prodiguez à vos cultures, c’est un plaisir non dissimulé. Et, parce que vous faites des efforts et développez une véritable affection pour votre jardin, vous n’avez pas envie que des aléas climatiques ou des nuisibles viennent réduire ces efforts à néant. Hélas, les cultures ne sont pas à l’abri. Il n’y a pas de fatalité et, pour éviter toute déception, il faut agir préventivement. 

L’importance de protéger ses cultures contre le froid, contre les nuisibles, les maladies

Protéger ses cultures n’a rien d’insurmontable. Simplement, les cultures, c’est du vivant et, comme nous, elles sont exposées à l’adversité. Le climat est le meilleur allié de votre jardin, car sans soleil ni pluie, pas de cycles naturels des végétaux, et son ennemi quand il se fait trop mordant. Froid excessif en hiver, chaleurs caniculaires l’été, il faut prendre des précautions pour prévenir ces incidents. L’hiver, on a coutume de se vêtir d’un manteau et, pour les plantes les plus fragiles, c’est pareil. Pour éviter que vos plantes gèlent en profondeur et ne repartent pas le printemps venu, les protéger pour leur éviter de souffrir du froid est la solution. Des protections contre les gelées, mais aussi contre le vent, tout en laissant passer l’eau, ce qui permet à vos plantes de passer sereinement l’hiver. L’été, certaines protections tempéreront les effets du soleil en filtrant légèrement ses rayons, et vos cultures seront aussi à l’abri contre les oiseaux. Car, autre source de risque pour vos cultures, différents animaux, gourmands et friands de certains fruits ou légumes, peuvent venir s’en repaître quand ils se développent. Alors certes, il faut laisser faire la nature, et les oiseaux font partie d’un écosystème sain. Mieux vaut toutefois prendre quelques mesures pour éviter qu’ils commettent trop de dégâts. D’autres animaux, campagnols, limaces, insectes, peuvent aussi abîmer les cultures et il faut gérer leur présence. Enfin, les aléas climatiques peuvent contribuer au développement de maladies. Un printemps trop humide est ainsi favorable au développement d’affections comme le mildiou qui font dépérir les cultures, réduisent drastiquement les rendements. Ces menaces doivent être connues et les prévenir fait partie du travail au jardin. 

Les moyens naturels

Il est tentant de recourir à la chimie comme méthode de lutte pour booster ses plantations et éloigner les ennemis des cultures. Mais, dans une logique durable, il est  préférable de chercher des solutions naturelles pour la protection de vos cultures. Si on ne peut pas changer le climat et les variations de températures, il est possible de protéger vos cultures contre ses caprices en pratiquant le paillage. Cela consiste à couvrir votre potager à l’aide de paille, de feuilles mortes, d’écorce. Cette technique permet de limiter l’évaporation en été, de réduire les risques de gel en hiver. Vous pouvez aussi pratiquer le buttage, qui consiste à ramener la terre en mottes au pied des cultures, ce qui là encore les protège du froid et préserve la fraîcheur en été. Contre les maladies comme le mildiou, qui se développe les années où l’humidité est excessive au printemps et début d’été, il est possible de traiter vos cultures à l’aide de bicarbonate de soude, de purin de prêle ou d’ortie. Ce sont des solutions entièrement naturelles à diluer dans l’eau et à pulvériser sur vos cultures dès la plantation. Concernant les attaques animales, évitez les répulsifs et autres produits, qui ne sont pas sélectifs et vont causer des dommages aussi bien aux nuisibles qu’aux auxiliaires de cultures que sont les pollinisateurs. Pour lutter naturellement contre les nuisibles, il suffit de détourner leur attention. Pour cela, laissez une petite partie de votre jardin en jachère (sol au repos, sans cultures), et insectes et autres petits animaux s’en régaleront et laisseront vos cultures tranquilles. 

Le matériel

Tout bon jardinier a à sa disposition quelques outils et accessoires de protection de ses cultures. Pour la lutte contre le froid, en plus du paillage pour la protection des sols, vous pouvez recourir aux voiles d’hivernage pour vos plantes en hiver. Ce sont des voiles de tissu qui protègent contre le froid tout en restant perméables à l’eau, pour éviter tout assèchement de la plante. Très répandus, vous pouvez vous en procurer facilement pour tous vos besoins. En complément des traitements préventifs contre les maladies, il est possible d’installer un tunnel pour certaines cultures, comme les tomates. Un tunnel qui laisse filtrer la lumière du soleil tout en protégeant de l’humidité et en préservant une température équilibrée. Pour les attaques animales, en plus de « faire diversion », vous pouvez protéger vos arbres fruitiers avec un filet qui empêchera les oiseaux de venir piquer les fruits. Dans tous les cas, privilégiez les systèmes les moins agressifs. Vous n’êtes pas propriétaire de la nature, ne l’oubliez jamais. 

Vous serez peut-être intéressé par ces articles …

Le palmier de chine

Le palmier de chine

Le palmier de chine appelé aussi le fortunei, le palmier chanvre est un arbre à feuillage persistant appartenant à la famille des arecaceae. Le palmier est originaire des zones montagneuses de la chine, japon et de la birmanie . Grâce à sa résistance au froid, le...

Areca : un joli palmier d’intérieur

Areca : un joli palmier d’intérieur

L'areca est un arbre de type palmier natif de Madagascar. En France, on apprécie cette plante exotique, mais son peu de résistance au froid et au gel en fait principalement une sorte de plante d'intérieur. Comment le planter ? La commercialisation du palmier areca se...

Kentia

Kentia

Provenant de l'Australie et plus précisément de l'île Lord Howe, le palmier kentia est un palmier de la famille des Arecaceae. Il est le plus souvent appelé howea, curly palm ou kentia de Forster, en fonction de l'espèce. Cette plante est reconnue pour dépolluer l'air...